5 astuces pour détecter une fake news

Le

iphone et les apps
Présenté par

Dans le pertinent et amusant épisode de #5RÈGLES pour être le pro des réseaux sociaux Tatiana et ses collaborateurs (Marilyne Joncas m’a d’ailleurs fait bien rire!) vous donne un petit guide pour vous comporter comme il faut sur les médias sociaux et améliorer votre reach.

Une des erreurs à faire sur les réseaux sociaux, c’est de tomber dans le panneau des fausses nouvelles relayées par trop de monde. Comme de plus en plus de personnes s’informent via les Facebook et Twitter de ce monde (plutôt que de se rendre directement sur les sites de nouvelles ou ouvrir un journal), il faut faire attention.

QUOI? Apple a imprimé son logo à l’envers du 10 000 IPads et les donnera gratuitement aux premières personnes qui partagent cette publication?

Fake news.

Le pape François soutient l’élection de Donald Trump? Yark!

Fake news.

Nooooon! Sylvester Stallone, alias Rocky, est mort du cancer… 

Fake news.

Et ce n’est pas juste toi qui te fais prendre. Selon BuzzFeed News (c’est fiable, promis!), pendant les dernières élections américaines, 20 fausses histoires ont été partagées plus de 8,7 millions de fois. Et les 20 articles les mieux classés de médias sérieux ont été quant à eux partagés 7,4 millions de fois. Ça en fait du monde mal informé!

 

On te présente 5 astuces pour t’aider à repérer une fausse nouvelle (et t’éviter de repartager des niaiseries pour rien).

#1 : Identifie la source

Ça, c’est un peu comme quand tu fais un travail d’histoire. C’est pas parce que c’est écrit sur internet que c’est vrai. C’est pas parce que le site web a l’air d’un vrai journal que ça en est un. Ça se peut que ce soit une madame qui écrit n’importe quoi dans son sous-sol ou que ça vienne d’un blogue russe un peu louche. Pour éviter de te tromper et de croire en une fausse nouvelle relayés sur les médias sociaux, détermine si la personne qui l’a partagée (ton ami qui fume un peu trop de pot?) ou le média (nouveledici.ca? – avec juste un L) sait de quoi il parle. Si c’est Radio-Canada, le New York Times, le Figaro en France, ça risque d’être plus crédible.

#2 : Trouve la date de publication

Tu parcours ton fil Facebook et tu tombes sur un post de tante qui partage un article de La Presse disant qu’un bébé naissant a été kidnappé dans un hôpital de Trois-Rivières. Tu te dis : « OMG! Mais quiiiii fait ça? C’est trop triste! Faut le retrouver alors je repartage immédiatement. » Bon réflexe : c’est une nouvelle hyper importante qui vient effectivement d’une source fiable (ta tante ET un journal établi) … sauf que cette horrible histoire date de 2015. Pis là tes amis qui habitent à Trois-Rivières qui ont vu ton post sont en train d’arpenter la ville à la recherche du p’tit bébé (qui a été retrouvé sain et sauf pour vrai, en passant! Fiou!). Bref, parfois c’est juste une vieille nouvelle alors ça vaut la peine de vérifier la date avant d’alerter tes 432 amis.

#3 : Lis l’article

Tant qu’à lire la date, lis donc l’article! Ça va peut-être t’aider à découvrir si ça de l’allure ou pas. Qui est cité? Si on parle juste de « sources anonymes » ou d’un « proche de Madame », ça part mal. S’il y a beaucoup de fautes d’orthographe, ce n’est pas bon signe non plus.

#4 : Vérifie si d’autres médias ont parlé de la nouvelle

La règle d’or c’est que SI c’est une information vraiment importante ou une nouvelle primordiale, tous les journalistes du pays ou du monde vont sauter dessus. Si quelqu’un de vraiment connu meurt et qu’un seul site en parle, c’est pas normal. En faisant une mini recherche sur Google Actualités, tu peux voir si ce que tu viens de lire a été écrit ailleurs. Si c’est sérieux et important, la télé, les journaux, les radios et les pages officielles des réseaux sociaux vont partager l’info. C’est sûr à 100%.

#5 : Fie-toi aux pages vérifiées (celles avec un crochet bleu)

Les petits crochets bleus à côté des noms des pages de réseaux sociaux (par exemple la page de VRAK sur Facebook et Instagram) veulent dire que ces pages ont été vérifiées et que sont les officielles. Par ailleurs, on me souffle à l’oreille que certains profils officiels n’ont pas de crochets bleus… et que certaines pages de fausses nouvelles ont des crochets. Facebook, Twitter et cie continuent de travailler là-dessus, semble-t-il, et d’ici là reste quand même vigilant (et mise sur les quatre autres règles!). 

N’oublie pas de regarder #5RÈGLES pour être un pro sur les réseaux sociaux, mardi prochain à 17 h 30.

Je te laisse sur une de mes citations préférées (je l'ai imprimée et collée sur mon ordi!) écrite par l’animateur Sébastien Diaz : « Tsé, le reach sur les réseaux sociaux, c’est pas toutte dans vie. » C’est TELLEMENT vrai. En plus, ça a été écrit sur Facebook. ;P

 

Tu pourrais aimer aussi