5 moves féministes à intégrer dans ta vie de tous les jours

Sarah Mottet Sarah Mottet

Le

Girl Power

Je me demande souvent comment affirmer davantage mon féminisme dans mon quotidien sans nécessairement avoir à porter une pancarte à bouts de bras ou à brûler mes vieilles brassières paddées. 

Avant tout, même si vous l’avez probablement lu des centaines de fois, rappelons-nous ce qu’est le féminisme. Il y en a plusieurs définitions, en voici une qui concerne le féminisme libéral égalitaire : « Le féminisme libéral égalitaire milite encore aujourd'hui pour l'égalité entre les hommes et les femmes, pour faire changer les lois discriminatoires en ce qui a trait à l'éducation, le marché du travail, le gouvernement, la famille, les syndicats, etc. »*

Ça peut sembler lourd comme définition, mais on peut le résumer plus simplement par le désir d’atteindre l’égalité entre les hommes et les femmes.

via GIPHY

1. S’habiller comme on veut

C’est probablement le truc le plus simple, mais aussi celui que je me répète le plus souvent. Notre plus grand ennemi, c’est souvent nous-mêmes. C’est pourquoi il faut être attentif pour ne pas autocensurer nos outfits par exemple.  Pas envie de porter de brassière aujourd’hui au bureau? Pas de problème : je ne le fais pas. Est-ce que cette robe est trop courte? Si je me sens à l’aise dedans, je n’ai pas à craindre les commentaires des autres. 

Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai été confrontée à mon propre jugement vis-à-vis mon habillement. Anecdote : j’ai déjà dû aller en cour et j’avais enfilé une robe ayant un petit décolleté. Je me suis autojugée en me disant que peut-être c’était mieux que je m’habille autrement, sans quoi le juge ne m’aurait pas prise au sérieux pour ma requête. Ça a été la dernière fois que je me suis jugée (poudoumtish) de la sorte. 

Plus sérieusement, notre pensée est souvent conditionnée à nous dicter comment s’habiller, alors que les seules choses qui devraient la conditionner sont la température et notre mood. 

2. Ne pas entretenir de stéréotype et informer quiconque le fait

via GIPHY

« Coudonc, es-tu dans ta semaine? T’es irritable. »

« T’as teeeeeelllement l’air fatiguée. Es-tu maquillée? » 

Ah! Je rage littéralement à écrire ces questions. On les a assez entendues, elles ont fait leur temps. Lorsque que je suis confrontée à ces questions, je ne me gêne pas de dire qu’elles ne sont pas respectueuses et qu’elles n’ont pas leur place. Et même si je suis fatiguée ET dans ma semaine (un bon duo, avouons-le), qu’est-ce que ça peut bien te faire?

3. Inclure les gars dans nos réflexions...

… car nous y arriverons avec eux. Ce n’est pas vrai que le féminisme, c’est seulement une affaire de filles. C’est une affaire de société et une affaire qui fait avancer le monde dans la bonne direction!

C’est important de discuter des enjeux auxquels nous faisons face en temps que femmes avec les hommes dans nos vies. 

Dans mon cas, j’en parle souvent avec mon copain. Nous avons tous des réflexes et des stéréotypes ancrés profondément en nous qui persistent souvent par ignorance, par conditionnement ou par culture. 

N’hésite pas à ouvrir le dialogue avec ton amoureux, et même avec ton amoureuse, ça ne peut qu’amener des solutions! 

4. Élever les autres femmes 

via GIPHY

J’en ai parlé dans mon article précédent et vous me lirez beaucoup à sujet : la clé, c’est de donner notre appui aux femmes nous entourant. Il faut se supporter, se respecter et s’informer entre nous! Je remets souvent en question des situations avec mon entourage et ça m’aide à y voir plus clair. « Pensez-vous que c’est féministe si…? »

5. S’informer quotidiennement

Il faut s’informer chaque jour sur le féminisme. Ça me permet de l’appliquer dans ma vie de tous les jours et de mieux en comprendre les enjeux! Aussi, ça me permet de découvrir des femmes inspirantes qui peuvent servir d’exemple et me permettre de trouver de nouveaux « trucs » ; que ce soit par des comptes sur Instagram, des livres… 

Voici quelques-uns de mes coups de coeur :

Livres

Abécédaire du féminisme
Manuel de résistance féministe 

Comptes Instagram

Léa Clermont-Dion
Elizabeth Plank

Je te souhaite maintenant de t’habiller et de te maquiller comme tu veux, dans ta semaine ou pas, fatiguée ou pas, en jasant avec ton copain de la définition du féminisme, de remettre en question tes acquis et de t’informer chaque jour sur c’est quoi être une bad feminist !

*Source : Le féminisme a-t-il encore sa raison d'être?


Tu aimeras aussi:

Pourquoi les filles n’aiment
pas les filles?

Fille triste
 

Des brassières pour tout le
monde?

L'anxiété, CODE F.
 

 

Plus d'info sur

Tu pourrais aimer aussi