10 vedettes de VRAK te parlent de leurs premiers amours!

Anne-Marie Lobbe Anne-Marie Lobbe

Le

Catherine Brunet et Jay Du Temple

Dans la catégorie des « premières fois », notre tout premier amour, celui qui fait battre notre cœur vite et fort, arrive certainement en haut de liste! On a demandé à dix stars de VRAK de nous parler de leur premier amour parce que des anecdotes et des histoires romantiques, cocasses et croustillantes c’est toujours le fun.

 

Joey Scarpellino

Mon premier amour d’ado… c’était une fille avec qui j’ai commencé à sortir pendant environ un an et ensuite notre relation a davantage été « on and off » pendant cinq ou six ans. On finissait toujours par revenir à notre zone de confort, si je peux dire ça comme ça. C’était une relation un peu folle, mais c’était aussi super le fun. Je sens que, les deux, on a grandi là-dedans. Et c’était cute! Ce n’était peut-être pas une vraie relation amoureuse comme on la vivrait aujourd’hui, parce qu’on était des enfants… même si, dans notre tête, on était des adultes.

 

Sarah-Jeanne Labrosse

J’ai été pendant quatre ans et demi avec mon premier amour.  Au secondaire et au cégep. Je n’y changerais rien. On s’est bien aimés, c’était le fun et on s’est quittés au bon moment aussi.

 

 

mtl u cold (Bonne fête les wonderwomen)

Une publication partagée par sarah-jeanne labrosse (@sarahlabrosa) le

Lou-Pascal Tremblay

Mon premier amour : en première année du primaire! Une fille est venue me porter le fameux papier : « Veux-tu être mon chum? ». J’ai dit oui, parce que je voulais une blonde! C’était une petite rousse qui s’appelait Alex et on est finalement sortis ensemble tout le primaire. Mais « on and off », genre. Je suis sorti avec sa meilleure amie à un moment, puis je suis retournée vers elle. Vraiment une love story dramatique pour cet âge!

 

Catherine Éthier

Mon premier amour était très secret… J’étais du genre à faire une déclaration d’amour par écrit, mais sans mettre mon nom. Je la glissais discrètement dans son casier, en me disant qu’il allait savoir que c’était de moi. Je ne faisais pas partie des filles populaires de l’école. Il s’appelait David-Olivier et je me disais qu’on était liés par cet amour, alors il allait savoir que la lettre venait de moi! J’étais cachée et je l’ai vu sortir ma lettre et rire avec ses amis. C’était la première fois que j’écrivais quelque chose de romantique. C’était la fin de l’année scolaire et il y avait des fleurs dehors. Je regardais les fleurs et je pensais à lui … Il devait capoter et se dire : « Mais c’est qui cette folle qui m’écrit? ». C’était une peine d’amour imaginaire disons, parce qu’on n’a jamais eu de relation. Sinon, j’ai eu des amoureux très tard. La première fois que j’ai embrassé un garçon, j’avais 17 ans. Je me suis un peu forcée à sortir avec lui, parce qu’il était vraiment cool. C’était un moniteur de camp de vacances et j’étais aussi monitrice. Je me suis dit qu’il fallait qu’il se passe quelque chose dans ma vie! Je lui ai un peu brisé le cœur… C’était complètement égoïste!

 

Pier-Luc Funk

Mon premier amour, c’était un peu « chien »! C’était la blonde de mon ami. Une semaine après leur rupture, on sortait ensemble. C’était dans le temps que MSN était populaire et mon ami m’avait dit que je pouvais l’enlever de mon groupe de discussion. Pour me faire comprendre qu’il n’était plus mon ami. Mais, tout a fini par s’arranger, éventuellement.

 

 

MED et une belle nuque de DOP @mehdibousaidan

Une publication partagée par Pier-luc Funk (@pierlucfunk) le

Stéphanie Arav-Clocchiatti

Je faisais de l’impro avec mon premier amour. Notre histoire s’est très bien passée. C’était une personne de qualité. J’aime choisir des gens de qualité pour m’entourer! Ça n’a pas fonctionné, manifestement, mais on reste en très très bons termes. On a une belle relation d’amitié, alors c’est le fun.

 

 

#impro

Une publication partagée par Stéphanie Arav-Clocchiatti (@acstephanie) le

Medhi Bousaidan

C’était en secondaire 4, ma première vraie blonde, mon premier amour... On est sortis ensemble deux ou trois mois, mais elle m’a trompé avec un de mes bons amis. La batterie de mon cellulaire était morte et j’avais besoin d’appeler mon ami. Le seul numéro que je connaissais par cœur était celui de ma blonde. Alors, je suis allé dans une cabine téléphonique appeler ma blonde pour lui demander le numéro de mon ami. Elle me l’a donné, puis elle m’a dit qu’il fallait qu’on se parle. C’est là qu’elle m’a avoué qu’il s’était passé de quoi avec lui. Je me souviens avoir cassé le téléphone. J’ai dû casser un des derniers téléphones publics de Montréal!

 

 

Bonne fête à moi !

Une publication partagée par Mehdi Bousaidan (@mehdibousaidan) le

Virginie Fortin

J’avais 17 ans quand j’ai eu mon premier amour. Je n’ai pas eu d’amour au secondaire : mon premier chum, c’était au cégep. C’était un gars qui faisait de l’impro et qui était vraiment drôle. Ça c’est bien passé et ça c’est bien fini aussi… Je n’ai pas connu les amours d’adolescence, dans le genre : « Ahhhhh, je ne serai plus jamais aimée par personne »! Les grosses déchirures, là. J’ai été avec lui de 17 ans à 19 ans, environ. Il était sweet! À partir de ce moment, j’ai toujours tripé sur les gars drôles.

 

 

Aujourd'hui, j'ai tourné mon dernier tandem de la saison 3 de Code F. #codef (Regram de @fred.montreal merciiii)

Une publication partagée par Virginie Fortin (@virgfortin) le

Jay Du Temple

Mon premier amour, ça serait ma vraie de vraie première blonde. J’ai eu des blondes avant dans le genre on se tenait la main, et tout. Mais la première fille que j’ai été longtemps avec, avec laquelle j’ai vécu ma première relation sexuelle, s’appelle Esther. C’était ma voisine de casier à l’école. Elle était très calme. Parmi mes ex, c’est celle qui a le mieux vieilli. C’est peut-être trop « chien » à dire, ça! On ne se voit pas souvent, mais on se tient au courant. J’ai beaucoup appris de cette relation, tsé quand tu as 15 ans! Encore, à ce jour, c’est ma plus longue relation. Je suis sorti avec elle pendant un an et quelques mois. Je me suis un peu oublié et oublié mes amis dans cette relation. Je me suis vraiment investi. J’apprivoisais l’amour et la confiance. Finalement, c’est moi qui ai décroché en premier. Je l’ai laissée. Une semaine après, elle avait un nouveau chum et ça m’a vraiment fait de quoi! Environ un an et demi plus tard, on a repris contact et encore aujourd’hui, c’est une fille que je respecte et que j’apprécie beaucoup.

 

Catherine Brunet

Au début, j’avais le cœur brisé, ensuite c’est devenu réciproque : ça ressemble un peu à ça, mon premier amour! Puis, à un moment, il m’a laissée parce qu’il avait une dent de sagesse qui poussait… C’était vraiment une mauvaise excuse! C’est la pire affaire au monde, je me suis sentie comme une crotte de nez! Et quelques années plus tard, il a tenté de me reconquérir, mais j’étais rendue ailleurs.

 

Petite simba 🦁

Une publication partagée par Antoine Pilon (@antoinepilon) le

Tu pourrais aimer aussi