24 ans, célibataire? Ouain. Pis!

Anne-Marie Lobbe Anne-Marie Lobbe

Le

Fille avec long board

L’important dans la vie, c’est de s’assumer. Et une célibataire qui s’assume, c’est beau à voir et c’est ce qu’il faut! Après tout, à chacun son chemin de vie. Pourtant, on dirait parfois que les célibataires dérangent, un peu comme s’ils n’avaient pas leur place dans la société… Mais si j’ai le goût de crier que je suis célibataire, ça fait quoi, hein? Ça. Fait. Quoi?

 

Une tendance s’observe dans notre société et ce, probablement depuis toujours… Plus tu avances dans la vingtaine – surtout une femme – plus ta vie amoureuse devient moins privée, comme si elle était le « territoire » de tout le monde! Il n’y a plus que ta grand-mère qui te demande à chaque party du temps des Fêtes : « Pis, as-tu un p’tit chum ou une p’tite blonde, là? ». Même les inconnus ou les connaissances avec lesquelles tu as à peine échangé trois mots au cours des cinq derniers mois, genre, s’intéressent à ton statut – célibataire ou en couple – et, pire, se permettent de le juger.

via GIPHY

 

On dirait qu’une petite lueur de pitié s’allume dans leur regard quand tu leur dis : « Ah non, non, personne m’attend à mon appart – sauf mon chat, haha »!

 

Pour vrai, si je dis que moi, je l’assume mon célibat, c’est probablement parce que c’est le cas. Une fille qui ne s’assume pas en tant que single, ça se voit, ça se sent : elle peut avoir le regard tristounet en voyant un couple de personnes âgées marcher main dans la main ou elle est du genre à piquer une crise quand un couple s’embrasse devant elle dans une file d’attente et retarde tout le monde.

via GIPHY

 

La célibataire qui s’assume, elle, est heureuse, souriante et propose toujours mille et un projets à ses proches. Évidemment, son entourage en vient à penser qu’elle agit de cette façon parce qu’elle a besoin de s’éparpiller et de se changer les idées pour combler un vide dans sa vie, pour oublier qu’elle est seule. Comme si dès qu’elle se retrouvait en solo, entre les quatre murs de son appart, elle se mettait à pleurer toutes les larmes de son corps.

via GIPHY

 

#NOT

 

Moi, je blâme la société pour cette vision négative du célibat. C’est vrai : c’est la société qui nous ramène toujours en pleine face que la vie n’est pas nécessairement faite pour se vivre à un ou à une! Prenons le restaurant, par exemple. Si j’ai le goût d’aller déjeuner ou prendre un verre seule, sans me faire déranger, j’ai le droit, n’est-ce pas? Essaie, pour le fun, de trouver une table pour une personne seulement, avec une chaise. Petit défi zéro amusant! Tout le monde dans le restaurant semble regarder la chaise vide face à toi comme s’il te manquait un morceau. OK, je pourrais m’asseoir directement au bar, sur un tabouret. Mais ça, ça implique que je dois me foutre un livre dans la face ou gosser sur mon cell toute la soirée, parce que sinon, c’est comme si je lançais un appel à tous : « Hey, je suis assise seule au bar. Venez me cruiser! ». Nécessairement, si je suis seule là, c’est parce que je cherche à rencontrer quelqu’un… Sérieux, pourquoi cette mentalité? Vous ne comprenez pas que j’ai simplement le goût de vivre un moment de qualité avec moi-même? Je l’assume mon célibat, moi. Laissez-moi tranquille avec ça! Pis si j’ai le goût de lire un bon roman en prenant un café, ça ne devrait déranger personne, non?! Et si tu te dis : « Il me semble qu’à sa place, je lirais chez moi… », il faudrait que tu réalises que j’ai le droit de sortir seule. Mais bon, encore une preuve que la société vit mal la solitude assumée.

via GIPHY

 

Pis, les soupers de couples, est-ce qu’on peut s’en parler un peu, SVP?! Tsé, quand tu surprends tes amies en train de parler de qui apporte quoi au potluck de samedi et que tu n’as aucune idée de quoi elles parlent? Et là, elles deviennent hyper mal à l’aise et sortent des phrases dans le genre : « Ah… Ben, c’est un souper de couples. Tu es toujours la bienvenue, tu le sais, mais on ne voulait pas que tu te sentes mal… ou seule ». Ben voyons! Ce qui me fait me sentir à part, c’est le fait que vous m’écartez volontairement d’une activité de groupe parce que vous êtes incapables de comprendre que J’ASSUME MON CÉLIBAT.

via GIPHY

 

Personnellement, dans un party, j’ai déjà passé toute une fin de soirée à jaser avec les chums de mes amies qui, elles, étaient parties se coucher. On a ri, on a vraiment eu du fun. Ils m’ont dit que j’étais trippante, « one of the boys ». Je trouve ça cool, moi, de bien m’entendre avec les chums ou les blondes de mes amis. J’ai même une belle photo souvenir de ce moment « one of the boys »!

 

Bref, en 2018, je pense qu’il est à peu près temps que la société comprenne qu’il y des personnes qui choisissent de vivre leur vie en solo, qui assument leur décision et qui sont bien là-dedans. Alors, si je te dis que j’ai 24 ans – ou peu importe mon âge dans le fond – que je suis célibataire… ouain, pis et que ça te dérange ou que tu trouves ma vie donc ben triste, ben c’est ton problème!

via GIPHY

Tu pourrais aimer aussi