#BodyPositive : 7 raisons d’apprendre à aimer son corps

Catherine J. Lalonde Catherine J. Lalonde

Le

Ashley Graham

Tout le monde a des moments d’insécurité, voire des insatisfactions par rapport à son corps. Avec la tonne d’images photoshopées qui nous entourent, d’acteurs musclés dans les séries télé, d’instagrameuses en bikini qui apparaissent dans notre fil, notre perception de la beauté est, je suis désolée si je vous l’annonce, complètement faussée. 

On te présente 7 raisons d'apprendre à aimer son corps. 

Les problèmes que ça cause

On en vient à penser que c’est nous, le monde normal, qui n’est pas correct. Les filles seraient ainsi supposées être minces, mais avoir des gros seins. Les gars devraient avoir le torse épilé, mais une barbe. Résultats : votre meilleure amie ne voulait pas venir au meilleur party de piscine de l'été parce qu’elle se trouve trop grosse en maillot de bain. Ou votre chum, complexé à cause de son acné, ne veut jamais se faire prendre en photo.

Tout cela est VRAIMENT lourd et très difficile à vivre pour beaucoup de monde.

Plusieurs décident de faire des régimes très sévères, de passer toutes leurs soirées au gym, d’acheter les magazines qui donnent les «secrets» pour avoir un beach body, ou de regarder les stories de Kim Kardashian pour connaître ses trucs beauté en 92 étapes faciles. 

Et si au lieu d’essayer de modifier notre corps pour atteindre tous ces critères de beauté souvent inaccessibles (ou carrément dangereux dans certains cas), on essayait de plutôt changer la perception qu’on a de soi-même?

S’accepter comme on est

Étant donné que si peu d’entre nous semblent satisfaits de leur apparence, certains activistes, professionnels de la santé, blogueurs en ont eu assez et ont décidé faire vivre le mouvement du «body positive» (qu’on pourrait traduire par «le corps positif»).

Le «body positive», qu’on trouve notamment sous #bopo, #bodyopositive ou #bodypositivism sur les réseaux sociaux, est de plus en plus populaire et veut enseigner, inculquer et nous faire intégrer la notion qu'il n'y a pas qu'un type de corps qui est beau. 

 

Les principaux objectifs du mouvement

1. Favoriser la diversité corporelle

Normaliser et valoriser les corps de toutes les grandeurs, couleurs, grosseurs, formes et handicaps.


2. Donner confiance en soi

Réaliser que nous sommes tous beaux et belles... même si notre corps est loin de ressembler à ceux qui se trouvent dans les magazines.

 

3. Diminuer les possibilités de développer des troubles alimentaires 

L’obsession corporelle peut mener à des maladies graves. Le mouvement du «body positive» a d’abord été fondé en 1996 par deux Américaines. La première en a fait le combat de sa vie lorsque sa soeur est décédée des suites d’un trouble alimentaire. La deuxième, une psychothérapeute spécialisée dans ce même domaine depuis 25 ans, souhaitait libérer les gens de la lutte perpétuelle contre leur corps.

 

4. Encourager à faire certaines activités malgré les insécurités corporelles

Parce que c’est inacceptable que votre meilleure amie ne veuille pas aller se baigner par peur de se montrer en maillot. Il fait beau et chaud quoi…25 jours par année? Profitons-en même si on n’a pas d’abdos. On oublie du même coup l'idée qui nous fait croire que juste les plus minces peuvent courir ou aller au cours de Zumba. 

 

5. Accepter ses imperfections 

À go, on danse en bobettes devant le miroir sur Despacito (ouais, je dois être la seule au monde à ne pas être tannée de la toune!). Pis on se trouve cute et drôle!


6. Faire réaliser que tout le monde a un «bon» corps qui mérite d'être aimé

Quelques détracteurs du mouvement croient que le «body positive» est nuisible pour la santé parce qu’il encourage le surplus de poids. D’abord, il y a plein de personnes minces qui ne sont pas en forme, alors c’est faux. Et peu importe notre état de santé physique, il est important pour la santé mentale d’aimer son corps quand même. 

 

7. Faire découvrir de nouveaux modèles de beauté

Les réseaux sociaux en sont remplis! Mes préférés sont... 

La blogueuse et activiste Megan Jayne Crabbe (@bodyposipanda

Instagram officiel de Megan Jayne Crabbe

 

La mannequin et activiste Ashley Graham (@theashleygraham)

Ashley Graham

Instagram officiel de Ashley Graham


Le mannequin et activiste Kelvin Davis (@notoriouslydapper)

Kelvin Davis

Instagram officiel de Kelvin Davis

 

La photographe québécoise et activiste Julie Artacho (@coeurdartacho

Julie Artacho

Instagram officiel de Julie Artacho

 

La blogueuse et activiste Rebekah Taussig (@sittingpretty

Rebekah Taussig

Instagram officiel de Rebekah Taussig

 

Je vous entends me dire : «C’est bien beau tout cela, mais ça doit être difficile à mettre en pratique?». La réponse est…oui, c’est difficile. C’est parfois très dur de croire que notre corps a de la valeur malgré ses imperfections. Mais quand on y travaille fort et qu’on finit par y arriver, notre estime s'en porte beaucoup mieux. Parce que sérieux, ce n’est pas en se haïssant qu’on va être plus heureux.

 

Plus d'info sur

Tu pourrais aimer aussi