À GO on s’aime dans la cabine d’essayage à tout moment!

Maude Bergeron

Le

en crop top pis en short - Les folies passagères

Durant nos chers hivers frileux, c’est souvent le seul moment indiqué où on a comme le droit de s’laisser aller le poil. Il fait frette pis ce petit duvet de mollet semble bien plus toléré lorsque camouflé en dessous d’un gros jogging mou. Mais c’est qui, au juste, qui décide ce qui est tolérable de ce qui ne l’est pas en terme d’apparence? Ce sont les fameuses normes de beauté, précisément dictées par cette société dans laquelle nous vivons. Ah! Ces chères normes adorées. #Not

 

Maude Bergeron - Les folies passagères

 

On est pas mal toutes éduquées par ces standards qui définissent ce que nous croyons acceptable, parce qu’on se développent avec ces idées full contraignantes, pitchées de tous bords tous côtés dans notre quotidien. Que ce soit via les publicités, les magazines, les médias, les émissions de télé, les réseaux sociaux, les boutiques de linge et même notre entourage, on encourage ce système qui catégorise et juge la beauté du monde en fonction de critères fixes. Le pire dans tout ça, c’est qu’on est très peu conscientes de toutes ces choses tellement il s’agit de pensées acquises depuis notre enfance.

 

Pis ça, ça fait que le poil, c’est supposément pas beau sur les filles dans l’imaginaire collectif. Ça veut aussi dire que du gras, de la cellulite et des bonnes vieilles vergetures, ça aurait l’air que c’est laite en mautadine. Pourquoi? On l’sait pas trop, c’est juste comme ça. Il faudrait surtout pas questionner les normes, t’sais.

 

Sauf que là, il faut que je t’avoue quelque chose : j’ai envie de m’en contre-ficher royalement de tous ces standards, qui au final, font simplement du tord à tout le monde.

 

Maude Bergeron - Les folies passagères

 

Pourquoi du poil, ça serait laid sur une femme, mais super magnifique sur un homme? Parce que c’est ça qu’on nous dit? Ben non. On peut bien avoir l’air de ce que l’on souhaite, être poilues de la tête aux pieds si ça nous tente, avoir des bourrelets pis des poignées d’amour tout le tour du ventre. On est toutes belles quand même, peu importe notre poids, l’apparence de notre peau, la forme de notre silhouette et notre identité.

 

Il faut dire, tout de même, que c’est un énorme défi de survivre aux regards et aux cabines d’essayages lorsqu’on ne fite pas dans ces normes. Le jugement se fraye un chemin, des pupilles voisines à ton corps, pis ça, c’est un feeling vraiment horrible à vivre.

 

Comment est-ce que c’est possible alors, de célébrer ton corps comme il est, dans toute son unicité, s’il ne correspond pas aux standards? C’est pas évident, effectivement. C’est un travail acharné qu’on doit toutes effectuer, pour notre bien-être, mais aussi pour celui de nos proches. Parce que oui, la manière dont nous catégorisons tout sur cette échelle de beauté affecte chaque personne qui nous entoure.

 

Il faut que les mentalités évoluent, qu’on arrête de juger tout le monde, de critiquer le poids et l’apparence de chaque individu qui croise notre regard. Il faut qu’on déprogramme et déconstruise toutes ces petites affaires complètement fausses qu’on a appris au fil des années sans même s’en rendre compte. Des affaires qui insinuent que le poids d’une personne définit sa valeur et sa beauté. Que du poil sur une vulve, c’est malpropre. Que de la cellulite, c’est dégoûtant. Qu’il faut être mince, avoir des gros seins, des fesses bombées, des cuisses fines, une mâchoire carrée et un dos droit pour être considérée comme étant séduisante aux yeux de ces critères toxiques.

 

Maude Bergeron - Les folies passagères

 

Une chose demeure certaine à travers tous ces préjugés et ces stéréotypes, tu es sincèrement belle comme tu es, que tu t’habilles dans un magasin taille plus, que tu portes un maillot deux pièces exposant ton ventre et tes vergetures ou un costume de bain à une pièce bien couvrant, que tu arbores des petites shorts avec tes jambes poilues, ou une camisole dévoilant tes aisselles pas rasées. Que tu sois mince, grosse, grande, petite, poilue ou pas : tu es full magnifique. Tu n’as pas à avoir honte de ton apparence et de ton poids.

 

Maude Bergeron - Les folies passagères

 

Et pour toutes ces personnes qui te lanceront un regard croche un jour dans une cabine d’essayage à la vue d’un bourrelet ou d’une jambe non-épilée, sache qu’elles n’ont simplement pas encore compris que la beauté résidera toujours dans cette chère diversité.

Plus d'info sur

Tu pourrais aimer aussi