Assumer son poil avec l’arrivée du printemps, ça se peut?

Maude Bergeron

Le

poils synchronisés - les folies passagères

On va se l’dire, du poil, tout le monde en a pas mal partout. Sur les mollets, les genoux, les cuisses, les orteils, les organes génitaux, les bras, les aisselles, la face, le ventre, pis même les seins. Ben oui, sur les seins!

 

C’est juste complètement normal pis ça pousse tout seul, peu importe le genre, le look, et l’apparence d’une personne. Sa longueur, sa forme, sa couleur pis son épaisseur varient beaucoup, mais au final, on partage toutes ces belles petites affaires poilues ensemble. Toute la gang. Yé, pleins de points en commun!

 

Pourquoi alors, est-ce que c’est devenu synonyme d’une apparence négligée, sale, repoussante, horrible, voire démoniaque, d’arborer son pelage lorsqu’on n’est pas un homme? Parce que ç’a l’air que c’est inacceptable pour une partie de la population d’avoir du pouèle, mais pas pour l’autre. Fouille-moi pourquoi, aucune raison valable et scientifique n’existe pour appuyer tout ça. Seulement deux-trois-quatre pelletées de préjugés pis de bon vieux sexisme. Hiii qu’on l’aime, ce cher sexisme systémique! #NOPE

 

Le fait que ce soit autant mal vu et jugé dans la société, ça amène énormément de pression pour que les personnes qui ne sont pas des hommes se rasent, pour qu’elles deviennent imberbes et lisses lisses lisses.

 

Et si toi, tu décides soudainement de conserver tes poils parce que t’aimes mieux avoir une peau de chat plutôt qu’une peau de poisson, tu risques de recevoir des regards pas full agréables. T’sais, le genre de coup d’oeil qui te fait sentir comme si tu étais un croisement entre une carpe, une tarentule pis un cactus te promenant sur douze pattes à travers la ville. Ce n’est pas un feeling très cool de subir du jugement oculaire de même.

 

Maude Bergeron - Les folies passagères

 

C’est tellement toxique de partager et d’entretenir collectivement des standards liés à l’apparence!

 

Comment on arrive alors, à assumer son poil de jambe, de t’sour de bras, de moustache, de sourcil, de vulve pis de partout ailleurs, avec toute cette grosse pression qui nous pogne à la gorge? Est-ce que c’est réellement possible d’y arriver quand on n’est pas un homme?

 

Oui, complètement. Si tu as envie de conserver tes poils, de ne pas t’épiler et te raser, tu as entièrement le droit de le faire. Ton corps n’appartient qu’à toi, et personne ne peut te forcer à quoi que ce soit.

 

Ce n’est pas plus beau, plus propre et plus attirant de se raser intégralement ou partiellement. Que ton corps et ta face soient poilus ou pas, tu restes une belle personne. Ce n’est pas pantoute la quantité de poils présents sur ta silhouette qui définit ton identité et ta beauté.

 

Maude Bergeron - Les folies passagères

 

C’est ben correct de vouloir conserver son épiderme félin, tout comme c’est aussi acceptable de choisir de devenir toute lisse. Il n’y a absolument aucune option meilleure que l’autre. C’est un choix personnel, qui ne doit jamais être imposé à qui que ce soit.

 

C’est excessivement dommage que du monde juge encore celles et ceux qui conservent leurs poils, mais n’oublie jamais que t’es belle comme tu es, dans toute ton unicité. Avec un corps poilu animalier ou un corps lisse aquatique : t’es sincèrement magnifique. Pour vrai de vrai.

Plus d'info sur

Tu pourrais aimer aussi