Ma coloc m’a laissé tomber après la signature du bail

Anne-Marie Lobbe Anne-Marie Lobbe

Le

jeune femme seule avec un chien

Ah trouver l’appart parfait, tsé celui qui est juste assez grand et lumineux, qui a un peu de vécu, mais pas trop pour être hanté. Un feeling quasi indescriptible tellement c’est le fun. Et quand tu t’apprêtes à partager ce petit nid qui frôle le paradis avec une bonne amie, c’est encore mieux. Mais si, une fois la signature du bail faite, ta coloc décidait de te flusher? C’est ce qui m’est arrivé! Que faire? Ne t’inquiète pas, je te dis ça!

via GIPHY

Mon amie et moi étions toutes deux célibataires depuis quelques années (pour moi) ou mois (dans son cas). On aimait bien sortir prendre un verre et « danser ». Je le mets entre guillemets parce que quand un club est bondé, on ne peut pas vraiment qualifier quelques déhanchements coincés de pas de danse!

Alors que nous en étions toutes les deux à nous demander si nos fréquentations respectives allaient aboutir à quelque chose de plus sérieux, on a décidé de partir ensemble en appart. On a déniché la perle rare : un condo à louer presque neuf, dans un quartier super mignon avec deux chambres, un foyer et même un bain tourbillon. Ben quoi? À deux en maillots de bain avec un verre de vin, c’est le fun! Le loyer était un peu élevé, mais en séparant tout (l’électricité, l’épicerie, Internet, etc.) à deux, c’était faisable. On était bien contentes d’avoir réussi à mettre la main sur cette petite merveille avant quelqu’un d’autre.

Le début de la fin

via GIPHY

Le hic, c’est que quand tu signes un bail en février et que ton déménagement est prévu pour le traditionnel 1er juillet, y’a le temps de s’en passer des affaires… C’est exactement ce qui est arrivé : la fréquentation de mon amie s’est transformée en son chum, pendant que la mienne prenait le bord. En mars, mon amie est en amour par-dessus la tête. En avril, elle me dit : « Ben non, je ne vais pas t’abandonner quand même! ». En mai, elle semble branler dans le manche… Mais en juin, on commence à organiser notre déménagement ensemble. Le 1er juillet, on se retrouve dans notre appart. Party time! Euh… pas vraiment : ma coloc se métamorphose instantanément en une coloc fantôme, dans le genre absente. Oui, elle paie son loyer, mais comme elle passe sa vie chez son nouveau copain, elle me dit qu’elle ne considère pas avoir à payer les factures d’électricité, ni celle pour la télé et Internet. Ouch! Ça fait mal à mon petit budget, ça.

Une amitié en chute libre?

via GIPHY

La situation se met à dégringoler rapidement… On ne veut pas être méchante une envers l’autre, mais alors que je lui assure qu’elle me doit des comptes, pour sa part, elle me dit que je fais peut-être exprès pour surutiliser la laveuse et que c’est pour ça que la facture d’électricité est si élevée. C’est quoi le rapport? Bref, à un certain point, je devine que l’inévitable est… inévitable, justement! Ma coloc finit par m’annoncer qu’elle s’en va s’installer chez son chum. Le reste, ce n’est pas son problème. Un autre ouch bien senti! Je fais quoi, moi? Ce loyer se paie bien à deux, pas toute seule. Désireuse de respecter ses engagements, mon amie me dit qu’elle va payer sa part encore un ou deux mois, le temps de me laisser trouver quelqu’un pour la remplacer. Sinon, si ça devient trop long, elle tentera elle-même de sous-louer sa chambre. Ben oui, j’ai le goût d’habiter avec un étranger, moi, alors que je prévoyais des heures de plaisir avec ma bonne copine!

Une solution inattendue

Évidemment, tout le monde dans mon entourage est en couple et profite pleinement du concept de la vie à deux. En d’autres mots : je suis la seule célibataire et mal prise de la planète (bon, de MA planète, n’exagérons pas). C’est alors que je me dis que je n’ai pas à vivre selon ses règlements à elle, que ma coloc n’a pas le droit de m’imposer son revirement de cap de dernière minute. Calculatrice et crayon en main – soyons old school tant qu’à y être – j’établis une liste des dépenses et frais engendrés par cet appart.

Retour à la case départ : je ne peux vraiment pas me permettre d’y habiter en solitaire. Puis, j’y suis bien, moi, et j’aimerais le garder une autre année, renouveler mon bail… J’en viens donc à la conclusion suivante : OK, je suis prête à assumer la totalité des factures et comptes, mais elle est obligée de payer sa part du loyer, comme prévu. Sa signature est autant sur le bail que la mienne. Je lui en fais part, en souhaitant que cette décision ne mettra pas un terme à notre amitié… Ouf! Elle accepte et on se promet de souper ensemble la semaine suivante, parce qu’on s’ennuie, là!

Un problème de réglé, alors. Puisqu’un déménagement n’est pas envisageable, selon moi, je me creuse encore plus les méninges. Je ne peux pas croire que PERSONNE dans mon entourage ne voudrait vivre avec moi! Et là, j’ai un flash : tiens, tiens, la petite sœur d’une autre de mes amies cherche peut-être à quitter la demeure familiale. Elle est « en âge » de le faire, du moins. Je prends une chance et je la contacte via Facebook. Quelle n’est pas ma surprise quand elle me répond qu’elle se cherchait justement un appart! En moins de deux, elle vient visiter mon chez-moi et tombe également sous le charme. Sans le savoir, je venais de trouver la coloc parfaite avec laquelle j’allais passer une super année. Pas une coloc fantôme, cette fois : une vraie de vraie personne avec qui jaser en maillots dans le bain tourbillon, avec un verre de vin!

Tout ça pour te dire que la coloc idéale, tu peux parfois la trouver là où tu t’y attends le moins. Suffit de ne pas paniquer, de faire appel à toutes tes ressources (sérieux, vive les médias sociaux pour ça) et de faire preuve de bon jugement, sans te borner.

Parce que la vie à deux, ça peut se vivre de bien des façons!


Tu aimeras aussi:

10 trucs pour rendre ton
appart zéro déchet

Appartement zéro déchet

Es-tu prête à être zéro déchet?
 

décor salon plante

 

 

10 produits de beauté zéro
déchet à découvrir

produits zéro déchet

 

Plus d'info sur

Tu pourrais aimer aussi