Comment plaire ... (aux gars, aux filles)?

Maude Bergeron

Le

belles-les-folies-passageres

La société entière tente de nous chuchoter (j’opterais plutôt pour crier, mais bon) aux oreilles les formules magiques pour plaire depuis belle lurette. Mais comment on fait pour vrai? Ah, cette grande question existentielle, full scientifique et compliquée!

 

Les premières réponses prémâchées qu’on nous lance toujours en pleine tronche sont pas mal classiques :

 

Soigner son apparence, être belle, se maquiller un peu, mais pas trop parce qu’il ne faudrait surtout pas être étiquetée comme étant superficielle.

 

Se raser tous les poils du corps pour être certaine d’être la plus aérodynamique du monde et compétitionner contre les poissons non-poilus dans les concours de natation.

 

Être intelligente et cultivée, mais pas trop parce que c’est tannant une fille qui sait des choses, t’sais.

 

Faire du sport tout le temps sans suer, sans avoir soif, sans avoir l’air épuisée, sans démontré qu’une âme est présente à l’intérieur de ta personne.

 

Manger bien, mais pas trop parce que c’est l’fun une p’tite poutine de temps en temps, mais pas trop de poutines non plus parce que c'est pas l'fun une fille qui mange trop de poutines.

 

Sourire à la vie, être gentille et sympathique et ne jamais ô grand jamais se révolter contre quoi que ce soit parce que c’est laite en mautadine une fille frustrée.

 

Ne jamais démontrer de tristesse, de vulnérabilité ou de sentiments excessifs parce que c’est fatiguant une fille émotive tout l’temps qui ne contrôle pas ses hormones.

 

Sais-tu quoi? Même si j’aime ben gros Hermione pis Ron, je dois t’avouer que toutes ces supposées formules magiques sont épouvantablement ridicules, sexistes et rétrogrades. Tout ce qui est mentionné ci-haut doit impérativement être migré vers nos poubelles mentales, puis passé à la grosse déchiqueteuse. Pourquoi? Parce qu’il s’agit de propos entièrement faux qui nuisent à tout le monde et qui propagent des préjugés.

 

La première affaire importante à réaliser, c’est que personne n’existe dans le seul et unique but d’être une entitée qui sert à plaire aux autres. Je sais qu’on nous balance plusieurs petites informations insinuant le contraire avec tous les stéréotypes, mais je t’assure que ton corps n’est pas un objet. Il n’appartient qu’à toi, et tous les choix qui le concernent doivent être faits en fonction de tes propres volontés. Pas en fonction de celles d’autrui.

 

Maude Bergeron - Les folies passagères

 

Personne n’a de droits sur ton corps, sur ton apparence, sur ton poids, sur tes vêtements, sur tes décisions, sur ton identité et sur ta vie.

 

Il n’existe pas pantoute une seule manière d’être jolie : toutes les personnes sont belles comme elles sont, et c’est exactement ce qui doit être partagé comme message général.

 

Pis aussi, tu sais, il n’y a pas que des relations hétérosexuelles qui existent, tout comme il n’y a pas que deux types de genres humains. C’est très répandu dans la société de présenter tout sous un seul et unique angle, avec des relations entre hommes et femmes, pis des lignes directrices à suivre pour être une belle personne attirante dans un couple monogame. Ce n’est pourtant pas représentatif de la réalité. Il s’agit de normes toxiques, qui ne doivent pas être considérées comme étant les uniques modèles acceptables.

 

Que tu sois une personne grande, petite, grosse, maigre, poilue, maquillée, avec des troubles de santé physique ou mentale, blanche, noire, musulmane, autochtone, asiatique, en situation de handicap, hétérosexuelle, homosexuelle, bisexuelle, pansexuelle, asexuelle, monogame, polygame, cisgenre, transgenre, agenre, intersexe ou autre : tu es magnifique comme tu es, à l’intérieur tout comme à l’extérieur, et tu n’as rien à changer pour plaire à qui que ce soit.

 

Maude Bergeron - Les folies passagères

 

Peu importe que tu correspondes aux normes ou non, tu mérites d’être aimée entièrement et sincèrement pour la personne que tu es. Aucun individu n’a le droit de te dire le contraire.

Tu pourrais aimer aussi