Les différences entre être cheap et être économe

Catherine J. Lalonde Catherine J. Lalonde

Le

Filles avec argent
Présenté par

Une de mes lignes préférées de La Petite Vie, c’est quand Rénald alias Pinson, l’inébranlable radin, dit : « Je ne suis PAS cheap ! Je suis écônôme. » 

En voilà une phrase que plusieurs cheaps disent pour se déculpabiliser et mieux paraître. C’est vrai qu’être économe c’est moins l’fun, mais c’est très honorable. Alors qu’être cheap c’est juste carrément poche. Mais où trace-t-on la limite ? À quel moment traverse-t-on du mauvais côté de la force ?

via GIPHY

Dans l’épisode de cette semaine de #5RÈGLES, Tatiana Polevoy et ses collaborateurs donnent des conseils pour ne jamais avoir l’air d’un cheap.

 

Quant à moi, je te présente les 5 différences entre être cheap et économe. T’as le droit de lire cet article vite-vite-vite pour ne pas utiliser trop de tes données cellulaires, mais crois-moi, si t’as des doutes sur ton identité financière, ça va être du temps bien investi (#poudoumtish).

 

Différence # 1 : Le cheap et l’économe aiment tous les deux sauver de l’argent, sauf que le cheap le fait aux dépend des autres.

via GIPHY

Si t’es celui qui apporte juste d’un sac de bébés carottes et d’un pot d’hummus à un souper alors que les autres se chargent de la viande, des fromages et du vin… je suis désolée de te l’apprendre, mais t’es vraiment la hantise de toute personne qui organise un potluck. Vous allez tous manger la même chose au final, mais toi ça va te coûter 5,15$ alors que les autres auront payé 15-20$ ? Un peu de respect ! De son côté, l’économe achète et mange ce qu’il veut quand il est seul chez lui, mais s’assure de s’acquitter de la juste part lors des activités de groupe.

 

Différence # 2 : Le cheap ne voit que le prix. L’économe voit la valeur.

via GIPHY

Le cheap achète au plus bas prix. C’est tout ce qui compte parce qu’il voit à court terme. Le sac à dos à 50 cents, le chandail à 10$, l’auto à 500$. Ça ne coûtera pas trop cher aujourd’hui et c’est parfait. Par contre, quand le sac à dos va prendre l’eau, le chandail va être usé après trois lavages et l’auto toujours rendue au garage pour des réparations, il ne sera pas vraiment gagnant au bout de la ligne. L’économe, lui, va magasiner, comparer les prix et choisir un chandail en vraie laine de 100$ en rabais à 60$ et ça lui durera pendant des années.

 

Différence # 3 : Le cheap et l’économe veulent dépenser là où ça compte vraiment, sauf que l’économe voit le portrait global.

via GIPHY

Une fois c’est deux gars qui partent en vacances. L’un est cheap et choisit le spot de camping le moins cher à côté des toilettes, juste au bord de l’autoroute. Le cheap passera sa semaine à chialer sur le bruit, l’odeur, le temps que ça prend pour marcher avec sa glacière jusqu’au bord du lac. Les chances sont aussi qu’il ait acheté la tente la moins coûteuse qui prend l’eau parce que les coutures ne sont pas assez solides. Pendant ce temps-là, l’économe, qui étudie le terrain de camping depuis 5 ans pour connaître les angles du soleil le matin, aura réservé le meilleur emplacement des mois plus tôt pour peut-être bénéficier du meilleur tarif. Il aura une vue sur le lac et entendra les petits oiseaux chanter au lieu des camions qui klaxonnent. Peut-être qu’au final il aura payer plus cher que le cheap, mais au moins il appréciera ses vacances pour vrai.

 

Différence # 4 : Le cheap choisit de ne pas dépenser. L’économe choisit ses dépenses. 

via GIPHY

Aller au restaurant pour ta fête ? C’est parce que je vais digérer ça en deux heures et ça va être de l’argent jeter par les fenêtres… ou par les toilettes ! Je vais plutôt venir vous rejoindre après.  

Aller au restaurant pour ta fête ? Ok, je vais m’apporter des lunchs toute la semaine et ça va me faire plaisir de partager un bon repas avec toi pour cette occasion spéciale.

 

Différence # 5 : Le cheap fait des choix douteux, immoraux ou illégaux. L’économe respecte les règles.

via GIPHY

Choisir de peu chauffer l’hiver et porter plusieurs chandails de laine, ça peut être une solution, mais si t’es constamment enrhumé et que tu ne dors pas la nuit parce que tu grelottes, c’est ton choix, mais il est peut-être temps de délier les cordons de la bourse. Par contre, si tu optes pour ne pas prendre d’assurances vol/habitation/voiture, de voler le wifi de ton voisin ou de télécharger de la musique québécoise illégalement, là pour vrai, tu manques de conscience et tu prends des risques.

Et après tout cela, il y a aussi le problème de ceux qui sont tentent d’être économes mais qui sont trop dépensiers. Ça c’est moi, mais je travaille là-dessus.

via GIPHY

Et toi ? T’es quoi ?

 

Ne rate pas #5RÈGLES POUR NE PAS AVOIR L’AIR TROP CHEAP, mardi à 17 h 30.

Plus d'info sur

Tu pourrais aimer aussi