Besoin d’un psy? Voici comment chercher!

Catherine J. Lalonde Catherine J. Lalonde

Le

Jeune femme et un cellulaire

Il y a encore des gens qui trouvent ça gênant de dire qu’ils voient ou devraient consulter un psychologue. Perso, c’est une des décisions de ma vie qui me rend le plus fière. C’est ce que j’ai fait (et que je fais toujours) de mieux pour moi et ma santé, mentale mais aussi physique. Depuis que j’ai commencé ça, il n’y a pas une semaine où je ne conseille pas à quelqu’un d’aller voir un psy. Si t’avais une bronchite ou un bras cassé, qui ne te suggérait pas (voire obligerait pas!) d'aller voir le médecin? Pourquoi ça devrait être plus compliqué ou plus tabou quand on parle de problèmes d’anxiété, de phobie ou de remises en question? 

via GIPHY

Je suis une fervente militante d’une meilleure accessibilité à l’aide psychologique. C’est un service qui reste compliqué à obtenir gratuitement ou à peu de frais quand on se tourne vers les ressources publiques, et qui est très cher si on consulte au privé. J’ai eu la chance de pouvoir aller au privé et j’essaie de voir ça comme un investissement. Oui, j’aurais VRAIMENT pu faire le tour du monde (plusieurs fois!) avec tout l’argent que j’ai mis dans ma psychothérapie, mais je me dis qu’à long terme, c’est une meilleure décision d’avoir obtenu de l’aide pour régler mes problèmes. Pis le jour où je vais faire le tour du monde, hey boy que mon cerveau va être plus calme!

Ce qui est bien avec le fait de consulter un ou une psychologue, c’est qu’il n’y a jamais de problèmes trop petits ou trop compliqués. C’est JAMAIS niaiseux de demander de l’aide ; c’est même très intelligent. Que ce pour soit du stress à l’école, une séparation amoureuse difficile, une peur, une cyberdépendance, des interrogations quant à l’orientation sexuelle, une situation de violence… les psys ont pas mal tout vu et tout entendu et ils sauront t’aider.

Si tu penses avoir besoin d’aide psychologique pour seulement quelques rencontres ou encore pour les 12 prochaines années (pas de jugement, on fait tous notre possible!), on t’explique la meilleure façon de chercher et de trouver le bon professionnel pour toi.

De l'aide gratuite en milieu public

via GIPHY

Il faut généralement te tourner vers les CLSC près de chez toi et les hôpitaux pour avoir de l’aide gratuitement. Tu pourras y trouver des psychologues ou des travailleurs sociaux. Voici le site à consulter pour mieux trouver des ressources d'aide. Les délais d’attente peuvent être longs puisqu’il y a beaucoup de demandes et parfois moins de thérapeutes disponibles pour toutes les traiter. Par contre, si c’est une urgence et que tu as des idées suicidaires, il faut te rendre directement à l’hôpital où un psychiatre (les professionnels qui aident dans les cas plus lourds) t’aidera rapidement.

Si tu vas à l’école, il y a de bonnes chances que de l’aide soit mise à ta disposition. Pour les étudiants universitaires (et parfois aussi pour le grand public, ce qui est une très grande opportunité), des services à moindres coûts sont disponibles dans les universités. Les consultations peuvent être faites par des étudiants au doctorat en psychologie et supervisées par un psychologue.

Aussi, dans certains milieux de travail (surtout les grosses entreprises et les institutions gouvernementales), il existe un programme d’aide aux employés appelé PEA qui permet de rencontrer un psy gratuitement pour quelques séances.

Sans nécessairement rencontrer un psy, tu peux aussi te rendre dans un groupe ouvert de discussion. Il en existe pour beaucoup de types de problématiques (alcoolisme, troubles alimentaires, deuils, etc.) et ces rencontres sont souvent offertes dans des salles communautaires.

Comme ces formes d’aide sont gratuites ou presque, il est souvent impossible de choisir le ou la psy de notre choix. Ils sont tous des professionnels diplômés et reconnus, mais il peut arriver que ça clique moins avec certaines personnes. Par contre, peu importe ce que tu choisis, assure-toi qu’il s’agit bel et bien d’un professionnel reconnu comme un psychologue, un travailleur social, un sexologue ou encore un psychiatre.

De l'aide payante en clinique privée

via GIPHY

Si tu as la chance de pouvoir payer un psychologue dans une clinique privée (généralement entre 80$ et 130$ par séance de 50 minutes), tu pourras choisir de consulter un homme ou une femme, une personne plus jeune ou plus expérimentée, et trouver l’approche thérapeutique qui est la mieux adaptée pour toi.

Certaines approches sont préférées (ça ne veut pas dire que les autres ne sont pas bonnes parce que n’importe quelle aide est favorable) pour certains problèmes. Par exemple, pour les troubles anxieux, on favorise souvent le thérapie cognitivo-comportementale. L’approche systémique ou interactionnelle sera mise de l’avant dans les thérapies familiales. La psychanalyse vise à retourner dans l’enfance pour comprendre les conflits non-résolus. Et ainsi de suite. Pour en savoir plus sur les orientations théoriques, clique sur le site de l'ordre des psychogues

La meilleure façon de trouver un psychologue est de passer par le site de l’Ordre des psychologues du Québec. Dans l’onglet « Trouver de l’aide », tu pourras entrer ton code postal, la catégorie d’âge à laquelle tu appartiens et sélectionner la problématique qui te concerne. Une liste des psys près de chez toi apparaîtra automatiquement. Tu pourras consulter leur fiche qui contient leur adresse, leur approche, l’année de leur entrée dans l’ordre (ce qui donne une idée générale de leur âge), etc. Ensuite, il ne te reste plus qu’à franchir la difficile, mais très importante étape d’appeler ou d’envoyer un courriel pour prendre un premier rendez-vous.

via GIPHY

On dit souvent que le premier pas de la guérison c’est de reconnaître qu’on a un problème. C’est tellllllement vrai! Et le deuxième pas, selon mon expérience, c’est de demander de l’aide. Après ça, une nouvelle et encore plus belle vie t’attend. Promis.

Plus d'info sur

Tu pourrais aimer aussi