Habiter avec son chum / sa blonde ET vivre dans un couple égalitaire

Sarah Mottet Sarah Mottet

Le

Couple qui s'embrasse

Je viens tout juste d’emménager avec mon chum. Je suis super contente, surtout que j’étais tannée de voyager entre deux appartements et de traîner constamment un sac de voyage dans ma voiture. Mais je trouve surtout ça pratique, parce que maintenant je peux acheter bien des affaires au IKEA et séparer ma facture en deux (ben non… ok, oui.).

via GIPHY

Voir le lave-vaisselle à moitié vide 

Déménager avec son partenaire peut apporter son lot d’angoisses et de questions. J’avais honnêtement peur d’en faire plus que lui dans la maison. Je suis (quand même un peu) excessive sur le ménage, le lavage des vêtements et mon lave-vaisselle. Malgré que mon copain soit également un obsédé de la propreté, j’avais peur que notre « conditionnement biologique » fasse en sorte que j’accomplisse plus de tâches que lui.

Loin de moi l’idée de compter qui fait quoi dans la maison et de tenir une liste avec des points! Mon chum est féministe et veut faire sa part. Mais parfois, nos habitudes reviennent au galop malgré toute notre bonne volonté.

J’ai tout de suite exposé mes craintes à mon copain. Ce n’est pas une formule magique, mais juste le fait de lui partager mes craintes crée une prise de conscience de sa part. Mon petit truc, c’est d’essayer évidemment de séparer en deux : si je fais à manger, il fait la vaisselle. Si je lave les vêtements, il les range et inversement… Dans tous les cas, l’important est d’arriver à bien séparer le tout pour ne pas arriver à un débalancement.

via GIPHY

Par contre s’il y a bien quelque chose de magique, c’est de communiquer dans un couple et de s’affirmer (je vous le jure, ça marche!). Dans nos débuts de vies de couple ou de cohabitation, on a souvent tendance à en faire plus pour l’autre, ce qui est bien fin, mais il faut faire attention à ce que ça ne devienne pas la normalité. Et quand j’évoque cette normalité, ça veut sous-entendre qu’elle ne convient pas à l’une des deux personnes du couple, qui en fait plus ou qui se donne plus que l’autre. C’est pernicieux, ça s’installe tout doucement, en subtilité, et c’est plus difficile à changer avec le temps.

Notre charge mentale

La charge mentale, « c’est cette impression que les femmes ont de devoir tout prendre en charge en plus du travail ».

Concrètement, c’est d’être constamment préoccupée par ce qui se passera chez nous, en revenant du travail : penser au souper, à notre liste d’épicerie, à laver les draps-parce-que-tu-sais-pu-ça-fait-combien-de-temps-que-tu-l’as-fais (non mais qui sait ça, sérieusement?), et plusieurs autres choses. Comme ce genre de tâches était auparavant réalisé par les femmes, la charge mentale s’installe comme un réflexe. Aujourd’hui, dans un monde qui tend plus vers l’égalité, le partage des tâches est effectivement plus à la mode. Par contre, cette charge reste la même chez les femmes, ou presque.

via GIPHY

C’est-à-dire que même si c’est ton chum ou ta blonde qui va à l’épicerie faire des achats pour le souper, si c’est toi qui y penses, que tu lui rappelles et que tu lui textes une liste de trucs à acheter : c’est toi qui subis la charge mentale. Alors que l’autre personne est plus en mode exécution, sans avoir vraiment à y penser. Ce sont des petites choses comme ça qui font que vous êtes dans un couple égalitaire.

Donc, dans ces cas-là, il n’y a pas vraiment d’autres options que d’habituer l’autre à prendre cette charge. Quitte à ne pas souper du tout : ça marque les esprits et la panse, croyez-moi!

Pour plus d’infos sur la charge mentale, je t’invite à consulter le travail de la bédéiste Emma et son oeuvre Fallait demander, qui m’a vraiment éclairé sur le sujet.

via GIPHY

Source : Confidences sous le séchoir, Sympatico.


Tu aimeras aussi:

Pourquoi les filles n’aiment
pas les filles?

Fille triste

Quel genre de femme
forte es-tu?

Fille avec long board avec casquette et lunettes soleil sur la plage

Des brassières pour tout le
monde?

Plus d'info sur

Tu pourrais aimer aussi