Je vis une grossesse non désirée: qu’est-ce que je fais?

Maude Bergeron

Le

tiens ta tête - les folies passagères

Ce n’est jamais évident de réaliser que quelque chose ne tourne pas rond dans son cycle menstruel et hormonal, que le retard s’invite et semble bien installé pour rester sans que ce soit désiré. Ayant personnellement déjà vécu un avortement, je sais à quel point ça peut être déstabilisant.

Et malgré une solitude qui peut se pointer rapidement, tu dois savoir qu’il y a beaucoup de personnes dans cette situation, qui ont recours à des interventions de grossesse au quotidien, pour plein de raisons variées. Et toutes ces raisons, elles sont entièrement valables et respectables, peu importe le contexte et la situation. Ce n’est pas du tout une mauvaise chose de choisir de mettre fin à une grossesse : tu n’es pas une moins bonne personne pour ça.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Les folies passagères (@lesfoliespassageres) le

 

La première chose à faire, dès que tu ressens un doute ou encore que tu perçois un retard dans tes menstruations, est de débuter avec le classique test de grossesse qu’on retrouve dans les CLSC gratuitement et dans les pharmacies pour quelques dollars. D’ailleurs, n’hésite jamais à discuter avec les pharmacien.ne.s lorsque tu ne te sens pas bien par rapport à une situation physique et/ou médicale. Ces professionnel.le.s peuvent te guider et t’accompagner pour le choix du test.

Si jamais des membres de ton entourage tentent de t’indiquer un choix à prendre, tu dois absolument comprendre que tu es la seule et unique personne qui peut effectuer tous les choix qui concernent ton corps et ta vie. Dès 14 ans, l’accord des parents et\ou des personnes responsables n’est pas nécessaire.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Les folies passagères (@lesfoliespassageres) le

 

Lorsque la confirmation est là et que ton choix est fait, c’est important de contacter des cliniques ou encore des hôpitaux qui offrent ce type d’interventions. Les délais varient de une à trois semaines avant d’obtenir un rendez-vous durant lequel une échographie sera réalisée.

Ensuite, deux options sont disponibles : l’intervention mineure (qui dure moins de 10 minutes et qui est réalisée sous anesthésie locale) ou la pilule abortive.

Le tout est décidé en fonction de ta propre situation et du nombre de semaines de grossesse. La pilule est généralement utilisée et efficace jusqu’à la huitième ou neuvième semaine, après la chirurgie est généralement toujours choisie. D’ailleurs, sache qu’au Canada, il n’y a aucune limite légale pour avoir recours à un avortement.

L’intervention se déroule rapidement, après un petit temps de préparation. Un repos de quelques minutes à une heure est ensuite nécessaire, simplement pour que les professionnel.le.s fassent un petit suivi. Ensuite, une personne doit venir te chercher pour te raccompagner.

Ça peut paraître très stressant, voire même épeurant de songer à ce type de chirurgie et c’est normal de ressentir toutes sortes d’émotions. Il n’y a pas de bonne et de mauvaise manière de réagir, et ce que tu vis ne doit en aucun cas être banalisé. Tu as le droit d’en parler.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Les folies passagères (@lesfoliespassageres) le

 

N’oublie pas que tu as aussi le droit, durant ce processus tout comme après, de mentionner aux intervenant.e.s ton état psychologique. Si tu ne te sens pas bien, il existe des personnes qui peuvent t’aider, mais aussi des lignes d’écoute et des soins. Tu n’as pas à vivre ces situations dans la solitude et la détresse psychologique.

Ton bien-être est important, et ce que tu vis n’est aucunement honteux. Ce choix n’appartient à personne d’autre qu’à toi.


Tu aimeras aussi:

Comment savoir si on dépasse
es limites pendant une date?

Ce que tu dois savoir sur la pilule
du lendemain

Pilule du lendemain

 

Féministe frustrée: METS-EN!
 

Plus d'info sur

Tu pourrais aimer aussi