Les p'tits commentaires toxiques sur le poids dans l'temps des Fêtes

Maude Bergeron

Le

corps spirale - les folies passagères

Aaaaah, le temps des Fêtes pis les classiques rencontres familiales et/ou avec les proches (pis les moins proches qu’on n’a pas toujours envie de voir, on va se le dire).

C’est toujours TELLEMENT l’fun quand tu arrives quelque part, après une année complète loin des yeux (et clairement aussi du coeur), pis qu’on te garroche une grosse pelletée de commentaires sur ton apparence, ton poids, ta silhouette, ton kit de linge, ton alimentation. Non, c’est pas l’fun pour vrai. Sarcasme, quand tu nous tiens.

On se fait vraiment conditionner à penser d’une manière précise en ce qui concerne la grosseur : il faut être mince, faut pas être gros.se. C’est donc forcément des idées acquises profondément, et on peut souvent prendre du temps à réaliser l’impact de plusieurs propos. Même que généralement, plusieurs personnes pensent qu’il s’agit de commentaires positifs et agréables.

J’aimerais donc qu’on prenne le temps ensemble, toi pis moi, d'admirer quelques exemples de ces belles petites phrases croustillantes (qui m’ont fait me déchirer su’l corps quelques chandails #RIP), tout en décortiquant le sens réel qui se cache derrière ces mot.

« OMG, tu as tellement maigri t’es rendu.e trop joli.e! »

« Wow tu as maigri! J’aimerais connaître tous tes trucs pour devenir mince. »

« Comment t’as fait pour perdre autant de poids? Ça te fait tellement bien! »

« Ouin, t’es tombée dans les tits gâteaux cette année toé hihihi »

« R’garde-y donc les grosses joues! Elle doit pas manquer d’argent dans son p’tit 3 et demi pour manger comme ça! »

« Tu ne devrais pas reprendre un morceau de gâteau, ça fait engraisser. »

« M’semble que t’as rien mangé, tu devrais prendre un morceau de tourtière. Tu as la peau sur les os. »

Quand tu perds du poids, c’est assuré que TOUT LE MONDE te le dira sans aucun filtre, drette sec ben carré dans ta face. Comme si tu l’savais pas déjà, toi qui cohabite avec ton corps 24h/24, 7 jours/7.

À première vue, ce type de propos est interprété comme étant positif. T’sais, c’est gentil de s’faire dire qu’on est joli.e. Oui, mais non.

Relier ensemble le fait de maigrir et de « devenir » joli.e, c’est clairement sous-entendre que pour être beau/belle, il faut être mince.

Même si les intentions derrière les propos ne se veulent pas méchantes, le sens caché de ce genre de phrase est simple : avant de maigrir, tu étais moins beau/belle.

Evidemment, personne n’a l’impression de dire ça en pitchant ce type de commentaire. Ben non, parce qu’on est beaucoup trop habitué.e, collectivement, de valoriser la minceur et de condamner la grosseur.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Les folies passagères (@lesfoliespassageres) le

 

C’est vraiment primordial de déconstruire ces pensées acquises, pour comprendre qu’il n’y a pas de lien entre le poids et la beauté. Les personnes grosses sont belles, les personnes minces sont belles. Tu ne deviens pas plus belle lorsque tu maigris. Tu l’étais déjà avant.

Et puis, tout ça, c’est sans même aborder les raisons derrière une perte ou une prise de poids, qui peuvent être variées! C’est un immense problème que tout le monde prenne pour acquis qu’une personne qui maigri le fait volontairement dans le but d’être plus belle et mieux dans sa peau.

On peut maigrir parce qu’on est touché.e par un trouble de santé mentale ou physique, parce qu’on est surchargé.e, épuisé.e, qu’on vit un deuil, etc. Une perte de poids n’est pas automatiquement volontaire, tout comme elle n’est pas automatiquement positive.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Les folies passagères (@lesfoliespassageres) le

 

On peut prendre du poids parce qu'on vit un rétablissement suite à une maladie, parce qu'on se sent mieux, parce qu'on réussit à tranquillement combattre un trouble alimentaire.

Il faut cesser de complimenter les pertes de poids et de condamner les prises de poids.

Le fait de commenter les choix alimentaires et la quantité de nourriture qu’une personne mange est aussi super toxique. Que ce soit dans un sens ou dans l’autre, c’est nocif de s’impliquer dans l’alimentation d’autrui. Un simple commentaire peut mener une personne tout droit dans un état de détresse relié à un trouble alimentaire.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Les folies passagères (@lesfoliespassageres) le

Peu importe le contexte, ce n’est jamais approprié de juger pis de lancer des propos sur l’apparence, le poids et l’alimentation. Les conséquences existent pis elles sont grandes.


Tu aimeras aussi:

Te dit de te bourrer la face
pour mieux te priver après

J’ai compris que je souffrais
de troubles de santé mentale

#BodyPositive : 7 raisons
d’apprendre à aimer son corps

Ashley Graham

Plus d'info sur

Tu pourrais aimer aussi