Je ne bois pas d’alcool : comment gérer les questions et les commentaires des autres

Maude Bergeron

Le

alcool jugement  - les folies passagères

As-tu parfois l’envie poignante de créer une vive réaction de surprise, de jugement et d’incompréhension dans le regard d’un groupe de personnes, autour d’un souper de Noël?

Si c’est le cas, j’ai la solution pour toi. Il suffit de mentionner le fait que tu ne bois pas d’alcool. BEN OUI, aussi simple que ça!

Tu pourras ensuite admirer les visages déconfits, les gueules à terre pis ton cousin saoul qui essaie de te convaincre de prendre « juste un tit shooter enwoye-donc c’est juste du Sour Puss ». DU GROS FUN. Ou pas pantoute.

C’est quand même étrange qu’on soit dans une société qui prône la consommation festive d’alcool, au point où tu deviens automatiquement plate si toi, tu n’en bois jamais.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Les folies passagères (@lesfoliespassageres) le

 

Tout le monde se permet de te questionner et de spéculer sur les raisons derrière cette abstinence, comme si ça les regardait. «Plot twist» : ça ne les regarde définitivement pas, pis t’es pas obligé.e de justifier quoi que ce soit. Est-ce que tout ce beau monde-là se fait demander à chaque gorgée d’alcool qui touche leur langue pour quelles raisons elles boivent? Non.

Ben c’est ça.

J’ai personnellement cessé de boire de l’alcool (et du café, mais ça c’est une autre histoire), il y a deux ans, au jour de l’an 2016. T’sais le bon timing. Ce sera donc mon troisième temps des Fêtes à faire face à ces perpétuels questionnements et ces supposées blagounettes :

« Ça doit être plate passer une soirée tout.e seul.e avec toi haha »

« Y’en a qui aime pas ça avoir du fun on dirait ben »

« Tu peux ben te permettre un p’tit verre pis te faire plaisir, c’est Noël! »

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Les folies passagères (@lesfoliespassageres) le

Bon, par où commencer?

L’affaire, c’est que ma non-consommation ne change absolument rien pantoute dans la vie des autres et dans leur niveau de plaisir.

Pis anyway, si ton fun à toi, cher cousin qui veut donc que je boive une bière ou deux pis un tit shooter de Sour Puss, c’est de forcer le monde à consommer de l’alcool contre leur gré, on n’a définitivement pas la même définition de ce qu’est le plaisir. Pour ressentir et vivre du plaisir, ça prend du consentement. Devine-quoi? Je ne consens pas à boire de l’alcool, faque arrête d’insister.

Pour moi, avoir du plaisir dans une soirée, ça passe entre autres par le fait de NE PAS boire. Et ça, je ne devrais même pas avoir à le mentionner ou à l’expliquer. Ça m’appartient, peu importe les raisons!

Qu’est-ce qui est si difficile dans le fait de juste respecter qu’une personne n’ingère pas de liquide alcoolisé? Qu’elle choisisse plutôt l’eau pétillante, le jus ou pire encore : l’eau tout court.

Parce que oui, en plus d’être jugée pour ma non-consommation d’alcool, on me juge pour ma consommation d’eau. T’sais, ce breuvage vraiment bizarre, inconnu et loufoque trop pas nécessaire à la survie. Ben oué, de l’eau, toé chose.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Les folies passagères (@lesfoliespassageres) le

 

Non mais, c’est complètement ridicule de vouloir pousser tout le monde vers l’alcool de même. Si toi tu veux boire, fais-le, mais n’oblige personne à le faire aussi. Ce n’est pas tout le monde qui aime le goût et l’effet, tout comme ce n’est pas tout le monde qui entretient une bonne relation avec ce breuvage.

Le respect, c’est aussi de ne pas juger ce qu’une personne consomme ou ne consomme pas.


Tu aimeras aussi:

Quelle décoration de Noël es-tu?
 

Passer Noël toute seule
 

Fille seule pendant le temps des fêtes

5 façons d'aider les
chats errants en hiver

Plus d'info sur

Tu pourrais aimer aussi