Tes petites résolutions toxiques du nouvel an...

Maude Bergeron

Le

résolution - les folies passagères

As-tu choisi tes petites résolutions pour l’année 2019? Moi, j’ai fait des choix très précis, a.k.a. ne prendre aucune maudite résolution. Rien. Pourquoi? Parce que j’en ai marre de cette pression qu’on nous impose socialement.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Les folies passagères (@lesfoliespassageres) le

 

Bon, à première vue, ça peut paraître un p’tit peu intense de relier les résolutions supposément inoffensives aux problématiques de la société, mais ça ne l’est pas tant que ça. Crois-moi (Ou crois-moi pas, c’est comme tu veux hen)!

À la base, les résolutions tournent pas mal souvent autour des habitudes de vie, comme l’alimentation, le sport, l’organisation, la routine de sommeil, la productivité à l’école ou au travail, etc. Perdre du poids, se « remettre » en forme, avoir de meilleures notes, obtenir une promotion, par exemple.

Avant tout, j’aimerais préciser qu’on a bien le droit de se fixer des buts personnels dans la vie, pis c’est ben correct. Le problème, c’est pas ça.

Le problème que je vois avec cette idée de résolutions du nouvel an, c’est qu’elles sont imposées. C’est tellement acquis comme concept qu’on ne se rend même pas compte qu’elles sont bel et bien imposées.

Le nouvel an arrive, et on sait que par le fait même, il faut réfléchir à ce qui doit être changé, amélioré. C’est un peu comme si ce changement de chiffre annuel nous oblige à trouver des choses qu’on ne fait pas assez bien.

Et c’est pas assez bien aux yeux de qui? Les nôtres, ok oui. Mais surtout, aux yeux de toutes ces normes sociales. Si les trois quarts du monde partagent tout le temps la même poignée de résolutions, à quelques différences près, c’est pas pour rien.

Ce sont ces normes pis ces standards-là qui fixent ce qui doit être atteint. On est poussé.e.s à être plus minces, plus sportif.ive.s, plus productif.ive.s au travail. On est conditionné.e.s à performer sans s’arrêter pour penser à soi.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Les folies passagères (@lesfoliespassageres) le

 

Ça se peut que tu trouves que c’est un peu tiré par les cheveux tout ça et que tu te demandes encore pourquoi c’est problématique. S’il n’y a pas de conséquences, c’est pas grave, non?

En fait, les conséquences, elles existent déjà socialement. Au niveau individuel et personnel, elles arrivent bien vite, parce qu’on va se le dire, ce qui finit toujours par arriver avec les résolutions du nouvel an, c’est qu’on ne les tient pas.

Alors quand tu constates que t’as pas été capable de tenir ta résolution, ben tu te dévalorises, tu te culpabilises. Tu vis ça comme un échec.

Toutes ces pensées-là, elles sont hypers nuisibles pour toi, alors qu’elles ne représentent pas la réalité. C’est pas vrai que c’est un échec, ni que tu mérites d’être dévalorisé.e et culpabilisé.e.

On devrait arrêter de présenter tout comme des injonctions, comme si on devaient tous.tes rentré.e.s dans un moule précis.

Alors si tu aimes ça, toi, les résolutions, rien ne t’empêche d’en prendre. Mais n’oublie jamais que ta valeur ne diminue pas en fonction du nombre de résolutions non-tenues.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Les folies passagères (@lesfoliespassageres) le

 


Tu aimeras aussi:

J'ai perdu près de 100 lbs
en moins d'un an

Comment réagis-tu quand tu
te fais niaiser en amour?

Femme qui tient un coeur

 

L'anxiété, CODE F.

 

Tu pourrais aimer aussi