Comment survivre à Marie Kondo... avec Catherine Éthier

Catherine Éthier Catherine Éthier

Le

marie Kondo

Rond de jambe et caresse de bibelot!

Au moment d’écrire ces quelques lignes, je franchis avec vous le petit ruban de la sombre déprime de janvier. Celle où l’on réalise que la lumière revient pas si vite que ça finalement, qu’ya un trou dans tes combines, ton cœur pis ton guide alimentaire et que, voyons calvaire, il semble y avoir une sâprée gang de coucous qui ont regardé la série de Marie Kondo entre Noël et le jour de l’An.

Vous savez, cette série où une experte japonaise en désemcombrement armée d’un terrifiant toupet et d’une blouse blanche repassée par les anges, CETTE DÉLICATE FÉE, donc, qui entre dans les chaumières pleines de cossins et de boîtes de Michelinas gardées par nostalgie et les transforme en merveille d’organisation et de rangées de caleçons* pliés en triangles angoissants?**

via GIPHY

* Des caleçons qu’il faut d’abord caresser, bécoter, inviter au spa, à qui l’on doit faire la tendresse, l'amour tantrique et rédiger une lettre d’adieux notariée dans l’éventualité où l’on choisit de les sacrer aux vidanges parce qu’on voit le jour au travers.

** Pour ceuzécelles qui vivraient sous un galet, Marie Kondo a développé une technique de grand ménage qui consiste à rassembler tous tes vêtements, à les prendre un à un et à les serrer dans tes bras. Si tu ne ressens pas de « spark of joy » ou une sévère envie de copuler en tenant ton tisheurte du camp Bruchési, tu t’en débarrasses, tu le donnes ou tu le swing dans les profondeurs d’un volcan après lui avoir dit babaille et merci. Ensuite, tu t’attaques à tes livres, tes vieilles factures, ta cuisine, ton garage et tes albums remplis de photos prises par ta mère qui ne se souciait pas de te cadrer « hors génitalia » à tes 2 ans pis dans le meilleur des cas, tu plies TOUTE EN PETIT TRIANGLE ANGOISSANT.

La méthode « Konmari » a certes ses vertus: le grand ménage, le donnage d’affaires au suivant, le réalisage du vide intersidéral d’une ceinture Gucci et la sensation d’être un humain désirable de la vertu. Tout ceci est sensas.

Ce qui est moins sensas, c’est les enthousiastes fébrilo-sonores qui suivent sa méthode et qui t'en informeront jusqu'au trépas.

EUX, ils sont allés jusqu’au boutte de l'armoire à gants de crin.

EUX, ils ont serré le syphon à bécosse dans leurs bras avant de payer un trio jazz à une vieille brassière en route vers le containeure.

Voici comment survivre à ces ÊTRES DE LUMIÈRE qui te font sentir comme la tout-croche que tu es (pas pantoute).

1. Le suplice aviaire

via GIPHY

Bon on se l’est assez dit, Marie Kondo a un petit quelque chose avec le catinage des matériaux. Mais au-delà de la bichonnette, des berceuses et des photos souvenir avec tes lingettes démaquillantes, Marie aime plus que tout plier les affaires de façon funky-complexe.

J’ai beau avoir travaillé 4 ans chez Simons à plier des tops pour hommes avec un sextant, Marie Kondo crache de la bile à jets puissants sur mes piles bien droites d’Américaine prétentieuse, CE QUE FONT AUSSI SES ADEPTES (pas peu fiers d’avoir raté le décompte de la nouvelle année parce que trop occupés à se pratiquer à plier leurs culottes-phares en triangles isocèles, terrifés par le regard bienveillant-avec-une-touche-d’autorité-haine de la madame au toupette dans la tévé).

BRISEZ-LEUR LE CŒUR AVEC APPÉTIT.

La méthode est fort simple; dans les brefs moments où ils sortent embrasser leur pelle à neige dans le grésil, glissez-vous en catimini dans leur chambre à coucher et garnissez leur lit d’un chef-d’œuvre de volaille de pliure de décoration de lit des Îles tel que celui-ci:

Marie Kondo tuerais ce cygne d'un seul coup de glaive

Cuded

Marie Kondo éliminerait ce cygne de la surface terrestre d'un élégant coup de sabre et se parerait le crâne de son cadavre. TOUTEFOIS, le commun des mortels ne peut se résoudre à défaire pareille beauté (une donnée certifiée par la NASA).

Petit faciès étampé dans la fenêtre, observez-les ensuite (DISCRÈTEMENT) tenter de plier ledit cygne de ratine en triangle parfait en pleurant à chaudes larmes devant la tragédie et éventuellement passer la nuite en cuiller avec une serviette de défunte volaille, le corps parcouru de spasmes, à regretter ces belles années où ils sacraient leurs débarbouillettes dans le fond du garde-robe après s'y être essuyé les mains pleines de cheetos.

2. La tragique surprise qui fait coucou

via GIPHY

Marie Kondo est formelle : quiconque procède au ménage de son chezeux se doit de ne garder que 30 livres dans sa bibliothèque, pas plus.

SOYEZ GENTILS; OFFREZ-LEUR UN 31e LIVRE.

  • Un livre de recettes à la mijoteuse de Ricardo.
  • Une biographie de Lisa Minnelli.
  • Un recueil de photos de Rémi Girard en vacances à Fort Lauderdale

Un livre qui les obsédera au premier contact visuel et les plongera dans l’épouvante à l’idée de devoir se retaper l’effroyable tri de gardage de jusse-trente-livres-pas-plus.

Dormez paisiblement.

Puis accueillez-les au petit matin en leur lançant une petite poignée de riz lousse quand ils arrivent au bureau avec un brassard et une voilette noire de veuve sicilienne, vaincus dans leur fierté du tri réussi (oubliez pas de mettre une petite carte de dame de cœur dans leur roue de bécique pour qu’ils ne perdent pas toute notion de bonheur. On veut pas les achever, tout de même; on veut juste leur faire un peu de peine).

3. L’étreinte

via GIPHY

Finalement, serrez chacun de vos collègues, amis ou parents obsédés par le Konmari d’une puissante étreinte. Une très longue étreinte.

Un disciple de Marie Kondo ne discute jamais l’étreinte.

Laissez de longues minutes passer. Étreignez toujours (en prenant soin de prendre occasionnellement le pouls du sujet) puis soudain, écriez-vous, au moment où la gens blottie contre vous aura développé un attachement à la quiétude de votre aisselle: « JE NE RESSENS PAS L'ÉTINCELLE ». Déposez-les ensuite dans les objets perdus après leur avoir tapoté le crâne en disant merci***.

De retour chez eux, il rentreront tous les sacs verts mis au chemin en présentant leurs excuses à leurs vieux pots de moutarde, leurs gougounes souillées et leurs posteures de Laurent Duvernay Tardif.

ET VOILÀ.

Plus jamais vous ne serez seuls à vivre dans un taudis de figurines, de chandelles au melon d'eau pis de mélangeur à gâteau rétro qui ramassent la poussière ET LA VIE SERA DE NOUVEAU LÉGÈRE ET LE DÉNI, DOUX.

*** Bien entendu, libérez votre étreinte s’ils manifestent un inconfort ou si Jasmin Roy entre dans la pièce.


Tu aimeras aussi:

Comment survivre au blues du chèque
en retard avec Catherine Éthier

Attente du chèque

Comment survivre aux journées qui
accourcissent avec Catherine Éthier

Quoi faire pour lutter contre la baisse de luminosité

Comment survivre à un patron
sexiste avec Catherine Éthier!

Ron Burgundy

Tu pourrais aimer aussi